• enfants-bataille
  • enfants-bataille-coussins
  • garcons-tire-la-langue
  • fille-portable
  • garcons-riviere
  • garcon-dessin
  • maman-bras-bebe
  • mains-adulte-enfant
  • enfants-plage
  • bebe-frere
  • fille-bulles
  • bebe-bac-a-sable
  • garcon-feuilles
  • fille-mer-chien
  • enfant-dessin
  • fille-chien
  • garcon-et-bebe
  • velo
  • parents-mains-fillette
  • fille-ado-ecole
  • garcon-couche-chien
  • fille-nounours
  • parent-enfant-main
  • fille-ado-chien

Et pourtant dès qu’il souhaite, il est comblé !

La violence augmente et la société semble la stimuler sans le savoir… Diane Drory et Vanessa Greindl vous proposent une réflexion étalée sur plusieurs semaines autour du phénomène de ce monde d’immédiateté

Un monde du tout tout de suite.

Que penser de notre culture d’immédiateté, du « tout, tout de suite, maintenant ! » ?  Entraînant l’oubli de donner au temps, le temps de s’écouler. Culture de zapping, où l’on passe d’une chose à l’autre sans prendre le temps de penser à ce qui est dit ou montré. Déshumanisation. 

Culture d’amertume.

Combler immédiatement le désir de l’enfant risque d’engager celui-ci dans un monde d’illusion, du « tout vient sans attendre »… Voilà un bien dangereux malentendu concernant l’apprentissage notamment. Leurré par l’illusion « ce que je veux, peut venir tout de suite », l’enfant risque de douter de ses capacités. Il ne comprend pas qu’il faut du temps pour devenir bon au foot ou pour assimiler les conjugaisons. Il se décourage et se croit nul…Car lorsque l’immédiat s’avère impossible, les déceptions conduisent trop souvent à l’amertume. 

Amertume face à notre prospérité vide. Souffrance d’une enfance gavée avant même d'avoir le temps de ressentir la faim. D’imaginer comment y remédier. Désir tuer dans l’œuf… Violence ultime. Celle de la perte de sens.

L’immédiateté, violence de la perte de sens

Par manque de temps et culpabilisé par une vie stressante, les parents cherchent à compenser leurs manquements à l’enfant en répondant, dans l’immédiateté, à toutes ses demandes. Cet empressement ne rend-il pas cette génération très vulnérable face à la vie ?  Comment donner une valeur à un souhait s’il est exaucé avant même d’avoir le temps d’imaginer le bonheur qu’il aurait à produire ? Ne faut-il pas plutôt leur apprendre à triompher d’une attente ? A accepter la durée ? Afin d’être aptes à affronter la vie…  dans sa réalité. 

On s’indigne: « C’est honteux, dans un magasin, Jacques prend « sans réfléchir » quelque chose qui lui plait. »  On se plaint de voir des enfants frapper sans vergogne celui qui n’exécute pas immédiatement leur souhait. On s’offusque de voir un ado voler un vélo, simplement parce qu’il en a besoin, là, maintenant! Soyons conséquent : notre culture d’immédiateté empêche la mise en place de la notion de temps et refuse la notion d’attente. Dès lors pas de place, ni de temps pour la réflexion ! Or, moins on pense, plus on passe à l’acte …

Prendre distance du « Maintenant, tout de suite, comme je le veux parce que je le sens comme cela », sortir du magma physico-émotionnel originaire s’apprend par la pensée. Par ailleurs, « prendre distance » face à l’immédiateté d’un ressenti, permet de se situer dans un espace-temps.

S’humaniser dans le sens plein du terme c’est à dire pas seulement un corps vivant mais un corps habité, se fait en « nous reposant ». C’est à dire en nous posant d’une autre façon, au moyen de la pensée, hors de l’enfer du pur pulsionnel, du pur « comme je le sens. » 

Or, de nos jours, parents comme enfants sont si « affairés » qu’ils ont bien peu le temps de penser…. 

L’assuétude de la communication immédiate.

Le gsm, les sms, l’e-mail, internet  nous permettent d’être en communication constante et immédiate avec le monde entier. Evidemment lorsque l’on a un mari à l’autre bout du monde c’est bien agréable d’avoir facilement de ses nouvelles. Ne crachons pas dans la soupe ! Mais de là à déifier ces échanges constants via l’sms, plus souvent messager de pacotilles qu’outil relationnel… A voir les ado scotchés à l’Internet car il est impératif de chatter là, maintenant, tout de suite…  L’emprise d’une nouvelle dépendance n’est-elle pas en train de s’imposer? 

L’assuétude de la communication immédiate. Y a-t-on déjà pensé ? Réciprocité instantanée de communication. Plus rien ne sépare. Privation de l’éloignement nécessaire à toute relation. Intolérable proximité qui oblige de répondre à l’instant à l’appel émis sinon gare aux reproches…Alors on répond vite, n’importe quoi, sans trop penser. Or toute assuétude est violence faite à notre liberté.

Eloge à l’ennui

La violence de l’immédiateté ne permet pas de se rendre compte du temps qui passe. C’est le cadeau que nous offre l’ennui ! S’ennuyer permet de se rendre compte de toute la place qu’il y a dans le temps, parce que justement le temps est vide. Et dans ce vide les pensées auront enfin le temps de bouger, les rêves de s’élaborer car pour penser, il faut du temps, du temps libre, du temps vide. Il faut de l’attente.

Mais l’immédiateté mange le temps à trop vive allure. Plus personne n’a de temps ! Les enfants sur occupés deviennent des hyperkinétiques du temps ! En plus de l’école  il faut aller au sport, à la danse, à la musique, chez les scouts et que sais-je encore. Ils n’ont plus accès à l’ennui.

Ils n’ont plus droit à la page blanche qu’offre un samedi après midi vide d’activités programmées. Espace-temps ouvrira à l’enfant un champ pour explorer son rythme, observer son entourage, y trouver sa raison d’être et de vivre. Se construire au fil de ses réflexions, de ses observations. Elaborer des projets de vie en repensant le passé, en imaginant le futur. En s’ennuyant, il a librement l’occasion de découvrir ce qu’il a envie de faire. Il peut tirer de lui-même ce qui le passionne plutôt que d’être sans cesse nourri, dans l’immédiateté, par une activité ou une autre. 

Eloge à l’attente

Il est impératif et même urgent de réveiller la faim de l’attente et la soif du manque tant nous sommes intoxiqués d’immédiateté. 

Avez-vous vu avec quelle rapidité se lasse l’enfant face au jouet à peine demandé que déjà reçu ? Par contre que de moments palpitants avant la venue de saint Nicolas. Déjà bien avant la date fatidique, en famille on discute, on écrit une lettre au grand saint. Tout n’est pas possible, l’enfant devra choisir quoi demander. Questionnement. Après une nuit qui porte conseil, voilà le petit qui change d’avis. Bref tout cela a mérité mûre réflexion et par conséquent l’investissement préalable donne au jouet reçu une toute autre valeur.

Dans notre monde qui nous habitue à voir nos désirs se réaliser au plus vite, il faut une bonne dose de volonté pour résister à l’envie de donner à l’enfant immédiatement ce qu’il désire. Pour se persuader que faire attendre l’acquisition d’un petit bonheur en double la satisfaction. 

On n’arrête pas le temps, ni le progrès dit-on. C’est la violence de la marche du temps. Il nous faudra alors apprendre à nos enfants à gérer les paradoxes de la société contemporaine. A prendre le nécessaire temps pour peser ses mots malgré la fulgurance de la communication électronique.  Apprendre à faire le tri entre l’urgence d’une action et la nécessaire lenteur que requiert la réflexion et la créativité. Apprendre à user d’une vraie liberté, celle qui permet de choisir ce que l’on souhaite faire, dire ou penser.

Repensons l’art du temps. Première étape vers un art de vivre qui permet l’accomplissement de nos projets. 


La violence d’un monde du tout tout de suite

A méditer.

Qu’adviendra-t-il de l’humanité si l’éphémère l’emporte sur le durable, si le présent se construit sur base d’un passé trop flou et d’un futur trop obscur…

« La plus grande, la plus importante, la plus utile règle de l’éducation, ce n’est pas de gagner du temps mais d’en perdre. » Jean Jacques Rousseau.

 

 

Mots clés: Temps Humanisation Immédiateté